Première mondiale ^^ : vidéo d’un kayak avec un mat et un panneau solaire

 

le kayak solaire est prêt à être mis à l'eau
le kayak solaire est prêt à être mis à l'eau

A l’origine

Depuis 2009 j’ai dans l’idée de faire un voyage en kayak. Je m’étais acheté un kayak pliable dans le but de descendre le Rhône et de rejoindre Montpellier où un de mes amis habitait. Au début, je pensais pouvoir faire 40 – 60 kilomètres par jour (!) avant que je ne me rende compte qu’en fait en kayak, on ne va pas plus vite qu’à pied donc une moyenne de 5 km/H pour quelqu’un de quasiment inexpérimenté avec un matériel moyennement performant c’est déjà pas mal. Le fait est que, avec une moyenne de 25 km par jour, il m’aurait fallu plusieurs mois pour rejoindre Montpellier par le réseau de canaux et comme mon ami est depuis parti vivre en Nouvelle Zélande, le projet est tombé à l’eau.

A cette époque, je projetais de mettre un petit moteur pour me faire gagner sinon en vitesse au moins en effort et me permettre de faire 10 ou 15 km en plus des 20 – 25 km quotidien que je ferai à la force de mes bras. Toujours stimulé par le coté « voyage en autonomie / écologique», je ne me voyais pas me raccorder au réseau électrique pour recharger quotidiennement ma batterie et même si trouver et adapter un petit moteur de bateau et le relier à une batterie me semblais possible, je ne l’étais pas lancé dans l’aventure car je n’avais pas trouvé le matériel nécessaire pour rendre possible cet assemblage un peu spécial : un kayak et un panneau solaire ! Le panneau devant être ultra léger (2-3 kg) et avoir une puissance de 100 à 150 Wc.

 

 

installation du mat et du moteur
installation du mat et du moteur

 

Début 2011, l’idée de descendre un grand fleuve en Europe me reprend, j’ai vu un superbe documentaire sur le Rhin et ma motivation est grande ! Mes recherches reprennent sur internet, les progrès techniques sur la fabrication des panneaux solaires ont permis de les alléger un peu depuis quelques années, j’imagine un assemblage de plusieurs petits panneaux photovoltaïques d’une puissance de 80 Wc mais j’arrive quand même à 5-6 kg jusqu’à ce que je trouve la solution :

Un panneau de 130 Wc, semi-rigide de 2,3 kg !

Dans ma tête, le plan est tout prêt, j’achète le panneau, cela tombe bien le fabriquant est Italien et j’habite à Rome, je me le suis fait livrer en Italie plutôt qu’en France car j’ai eu peur que le panneau ne supporte pas le voyage, plus la distance est longue, plus il va y avoir de manipulation et donc de risque de casse !

Alors que je rentre en mars à Colmar, je prépare la structure en aluminium. Un mat avec deux rotules d’écran d’ordinateur pour pouvoir moduler la direction du panneau et un mat horizontal pour fixer le moteur.

 

 

mise en place du panneau solaire
mise en place du panneau solaire

 

Quelques informations techniques sur le kayak solaire :

Le moteur a une puissance maximal de 280 W

La batterie au lithium pèse 10 kg et donne 21 ampère / Heure

Le panneau pèse 2.3 kg, il est souple et a une production de 130 Wc ce qui signifie qu’il va fournir dans des conditions parfaites (inclinaison, température, ensoleillement) 130 W

 

httpv://www.youtube.com/watch?v=xwJp1RCwiII

 

vidéo faite le 13 aout 2011, la vitesse moyenne mesurée grâce à un GPS est de 6 km/H sans pagayer.

Le prochain essai permettra de tester l’autonomie après une journée de recharge de la batterie par le panneau solaire.

 

PS: Merci à Romy pour la vidéo et les photos 🙂

 

Ride the World et retour à Colmar

 

On est le 14 juillet, demain, mon ami Julien part pour un tour du monde de trois ans en moto. Je vais le rejoindre à Béziers, passer la soirée avec lui et sa famille et le regarder partir 🙂

 

Julien et moi
Julien et moi, chacun devant sa machine, ma 125 parait bien fragile à coté de ce monstre!

 

Julien, je l’ai rencontré l’année dernière, en prenant le ferry à Anstholm au Danemark, en direction de l’Islande. On avait tout de suite accroché…

Fin Aout 2010, le tour d’Islande derrière nous et après nous être retrouvés sur le ferry du retour, on s’était donné rendez vous (dans dix ans) le 15 juillet 2011 pour son départ. Cela fait quelques années qu’il prépare ça…le moment du grand départ est arrivé!

 

Je quitte donc l’arrière pays niçois et fonce vers Montpellier, un peu d’autoroute et beaucoup de nationales, le mistral est si fort que je dépasse péniblement les 90 km/H en ligne droite, les inconvénients d’une 125 ^^

J’arrive peu avant 17h avec une sacré veine : alors que ma chaine me fait des misères depuis le départ, ne voilà t’il pas qu’elle explose (!)…à 800 mètres (preuve GPS à l’appuie) de la maison des parents de Julien! Je n’ai qu’à la pousser sur quelques dizaines de mètres et j’arrive en roue libre ! Ouf, je suis là à temps !

 

Un tour du monde en moto de 3 ans…

Pour l’heure c’est le temps des retrouvailles et des présentations aux parents, à son amie Céline, bref je me pose!

J’avais prévu de faire une interview de Julien et de vous en faire part sur mon blog, mais nous n’avons pas eu vraiment le temps de nous prêter aux jeux des questions/réponses seul à seul.

Voici donc quelques informations sur ce tour du monde, confidences recueillies entre la soirée retrouvailles/adieux et le lendemain matin  juste avant son départ !

D’où vient cette envie, cette idée de faire le tour du monde en moto?

J’ai vite compris que Julien, n’en est pas à son coup d’essais question voyages, ça doit même être génétique parce que ses parents ont pas mal bourlingué. Mais quand même pourquoi un tour du monde en moto? C’est là qu’il m’apprend l’existence de Heldge Pederson

Retour en arrière : 1991

Alors qu’il a 7 ans et qu’il visite le musée BMW de Munich qu’il découvre cet homme qui voyage seul en moto, autour du monde avec une BMW.

« Papa, pourquoi on fait pas ça aussi? »

« Quand tu seras grand mon fils, tu pourras faire pareil si tu en as envie… »

Son père ne croyait pas si bien dire 😉

 

Combien ça coute un tour du monde?

Cher! Son budget est de 120 000€ ! Il a tout planifié, je l’ai vu de mes propres yeux, au jour près! Des carnets par continents, chaque continent divisé par pays chaque pays par étapes journalières, kilomètres prévus, jours de relâche, visites, hôtel…Un boulot impressionnant surtout pour moi qui part généralement en n’ayant rien préparé si ce n’est mon point d’arrivée 😉

Cette précision et ce sérieux ont été des atouts majeurs pour trouver des sponsors! Ainsi il ne part plus avec  son poussin jaune sa  BMW jaune qui a plus de 70 000 kilomètres mais avec une superbe Yamaha 1200 Ténéré!

Les étapes ?

L’Afrique en premier, le moyen orient, l’Asie, l’Australie, l’Amérique du Sud, l’Amérique du Nord.

Voici quelques repères géographiques et temporels pour vous donner une idée : il devrait se trouver au Malawi en décembre 2011, en Iran en mai 2012, en Chine en septembre 2012, en Australie de janvier à mars 2013, en Bolivie en octobre 2013, les USA en mai 2014.

Mais mon petit Julien, quid de l’Europe!!?

Bon tu es parti et on peut te suivre sur http://www.ridetheworld.comuv.com/

 

le départ, la moto est bien chargé, matériel de camping, nouriture, téléphone satellite, train de pneus (!)
Le départ, la moto est bien chargée, matériel de camping, téléphone satellite, train de pneus (!)...

 

Retour à Colmar

La moto et son pilote tournent au coin de la rue, on reste quelques instants, l’émotion du départ passe, la vie reprend, chacun avec son présent.

Pour moi, il s’agit de réparer ma moto, le concessionnaire de Béziers qui n’a pas le kit chaine sous la main m’a dit qu’elle pouvait être prête dans 4-5 jours (!) il faut dire qu’on est vendredi.

Avec le père de Julien, on fait le tour des magasins de pièces détachées, sans succès. J’appelle finalement le concessionnaire Yamaha de Montpellier qui a bien le kit et peut me faire le changement cet après midi!

Les parents, super sympa, me prêtent leur Kangoo, la moto rentre pile poil dedans, et 3 heures après je suis de retour avec une moto prête à partir!

Dernier petit plaisir, je passe sur le viaduc de Millau et pas en dessous comme il y a quelques années :)
Dernier petit plaisir, en rentrant sur Colmar, je passe sur le magnifique viaduc de Millau

Un peu malade, je reste encore une nuit et pars le 16 au matin, direction…Colmar! Je pensais bien rester encore quelques jours à vagabonder mais finalement, je n’en ai plus envie, mes serres, mon chalet et ma roulotte me manquent, je rentre…