Versailles et art contemporain

6 Juillet 2012

Après une nuit à Evreux, me voilà reparti vers Paris et plus précisément le château de Versailles. Je dois avouer n’être que peu intéressé par le lieu  mais plutôt par l’exposition d’art contemporain qui y trouve place tout les ans. J’ai vu à la télé il y a quelques semaines une interview et les oeuvres atypiques de l’artiste portugaise Joana Vasconcelos*, ça m’a vraiment donné envie d’aller voir sur place mais une queue de plusieurs centaines de mètres à l’entrée du château me décourage…Je suis sur le point de renoncer, n’ayant aucune envie de passer 2 heures à attendre pour entrer mais je me ravise. Je suis là, j’ai le temps (je me le prends!) Je gare ma moto et je me lance…

Finalement le temps d’attendre n’est pas si long, une fois le billet en poche, la file avance rapidement et je ne regrette évidement pas d’avoir dépassé mon envie de repartir^^.

 

Beaucoup, beaucoup de monde à l’intérieur des appartements royaux. J’avance rapidement, et me retrouve en face des oeuvres de Joana Vasconcelos…

 

Lustre noir
Magnifique lustre, il faut s'approcher tout prêt pour voir que comme le coeur rouge (photo suivante)...

 

tout en couverts en plastique
...il est fait en couverts en plastique!
des escarpins de princesse
des escarpins de princesse
blue champagne
blue champagne

 

Une visite éclaire des jardins et je reprends la route, ce soir je m’arrêterai à coté de Nancy (encore merci Cécile pour l’hébergement!), je ne serai alors plus qu’à deux bonnes heures de Colmar que je rejoindrai le lendemain. Mission accompli, ma moto est de retour en Alsace!

 

*Des infos sur l’exposition (19/06/2012 au 30/09/2012) : www.vasconcelos-versailles.com

Retrouvailles à Londres

Plus de six mois ont passé depuis que je me suis fait voler ma moto à Londres, entre temps, je suis parti en Nouvelles Zélande et en Australie à la recherche de plantes carnivores…En ce début de mois de juillet, il est plus que temps que je retourne en Angleterre récupérer ma fidèle Yamaha qui a trouvé refuge chez Andrew suite à un message passé sur mon blog.

4 juillet 2012

Départ de Colmar, 5h du matin, mon père me dépose à l’aéroport de Bâle-Mulhouse, mon avion décole à 7h. Le programme est simple : récupérer la moto, visiter StoneHenge (à une bonne heure de route à l’Ouest de Londres), aller sur la côte et prendre un ferry pour la France, retour à Colmar, cela ne devrait pas prendre plus de 2-3 jours. Mais l’idée de rouler en 125 me rebute un peu, je crois que après l’Islande, la Sicile, ce retour depuis Londres sera l’étape final de mes aventures…en moto du moins!

Londres 08h00 (heure locale) : il pleut…non, il bruine, enfin il y a un bon brouillard bien épais…Londres quoi!

Le taxi m’amène chez Andrew, très sympa, on discute un peu, il me renseigne sur la route à prendre pour aller à Stonhenge et organise une visite chez un garagiste. Et oui déjà! Suite au vol, le neiman et donc les clés ont été changés et n’ayant pas pris avec moi les anciennes clés de la moto, je ne peux pas ouvrir le bouchon du réservoir, il va donc falloir le faire sauter pour mettre le nouveau. Direction le centre de Londres, embouteillage garanti. Il est déjà 12h30 quand je sors du garage, fin prêt à prendre la route, mais je mange d’abord un bout et je file plein gaz vers le mythique site de Stonehenge!

 

Stonehenge sous la pluie

Stonehenge sous la pluie
Stonehenge sous la pluie

150km à parcourir, il pleut, il fait soleil, , je suis trempé, je sèche, ça recommence, je me croirais en Islande. En plus j’ai oublié mes gants…Enfin en passant une colline j’aperçois le site de Stonhenge. Magnifique, presque au milieu des champs, si ce n’est les deux routes qui le contournent, on pourrait croire que rien n’a changé ici de puis plusieurs millier d’années : assemblage de pierres posées par l’homme il y a plus de 4000 ans…

Élément du cercle de sarsen et trilithe
Élément du cercle de sarsen et trilithe

C’est un héritage encore vivant, j’apprendrai plus tard dans la soirée que des centaines de personnes se réunissent chaque année aux solstices pour observer les rayons du soleil passer entre les menhirs placés là à cet effet.

De nos jours les archéologues ne savent toujours pas quel était le rôle et la signification exacte de cet ouvrage : était-ce un monument funéraire, un temple ou un observatoire astronomique ?

Quoi qu’il en soit, je ne m’attarde pas, il pleut, je prends tant bien que mal quelques photos et je repars…Pas bien loin, en sortant du parking, je m’aperçois que j’ai un pneu de crevé.

Je pousse la moto sur quelques centaines de mètres, mais le premier village est loin, je sonne à la porte de la première habitation que je croise.

 

Une soirée à Salisbury

Je suis accueilli par une famille du coin, on prend le thé à l’anglaise (avec un nuage de lait!) et on regarde le tournoi de Wimbeldon à la télé en attendant le dépanneur. Moment très sympa et comme ça dure un peu, on dine en famille. Je les quitte à la nuit tombante, un camion est enfin venu chercher la moto. On me dépose dans la jolie ville de Salisbury, demain, ma Yamaha ira chez un garagiste moto, il faut changer la chambre à air.

 

5 juillet

une rue à Salisbury
une rue à Salisbury

Après une bonne nuit à l’hôtel Cathédral, je récupère ma moto réparée et je décide de rester encore un peu dans cette ville pour prendre quelques photos et visiter la cathédrale dont le clocher est le plus haut de Royaume unis.

cathedrale de Salisbury
cathédrale de Salisbury
la nef de la cathédrale sainte Marie
la nef de la cathédrale sainte Marie

Il est 13h quand je reprends la route en direction du Sud et de la côte. Playmouth est annoncé, je décide d’y aller et de prendre là le premier ferry pour la France, on verra bien où j’arrive…Je n’ai d’ailleurs pas le temps de visiter la ville, un bateau par à 14h45 pour Caen!

Pendant la traversé, qui dure près de 6 heures, je sieste, enfin il fait beau et (presque) chaud!

Arrivé à 21h30, je roule encore jusqu’à Evreux, il est minuit passé quand je trouve un hôtel pour la nuit. Demain je vais à Versailles visiter le château et l’exposition de l’artiste Joana Vasconcelos pour l’expostion annuelle d’art contemporain dont j’ai vu quelques œuvres à la télé…