Pourquoi je voyage en moto 125

 

vu sur le blog voyage

Je me suis déjà plusieurs fois posé cette question et mes explications sont de plus en plus étayées du coup, j’ai décidé d’en faire un article qui je l’espère donnera l’envie à plus d’un de tenter l’aventure avec une petite cylindrée !

ma yamaha WR 125 dans les rues de Naples
ma yamaha WR 125 dans les rues de Naples

Une histoire de moto qui commence au Vietnam…

Je n’ai jamais été un fou de voiture ou de moto, je n’ai pour ainsi dire rien du motard que l’on imagine à la « Joe bar team » (pour celles et ceux qui ne connaissent pas : Joe bar team tome 1) adepte des belles et grosses motos, des courses, amateur de vitesse…En fait, même si j’ai bien dû faire une fois ou l’autre du scooter durant ma jeunesse, c’est au Vietnam fin 2009, que j’ai goûté la première fois à la liberté du deux-roues. Là-bas, il est très simple d’en louer un : pas de formalité, 5 ou 6 dollars US la journée et le scooter est à vous ! Des machines automatiques ou à vitesses de 80 cm3 si ma mémoire est bonne, de quoi se faire plaisir et avoir quelques frayeurs aussi.
J’ai aussi eu recours par deux fois aux services d’un « easyrider », sorte de mercenaire de la route, payable en cash pour une virée à la journée ou sur plusieurs jours. Ils vous emmènent où vous voulez, ils sont capables de vous accompagner de Hanoï à HoChi Minh Ville et de rentrer en bus leur moto sur le toit ! Voyager de cette façon en moto a donné une autre dimension à mon voyage : En bus climatisé, ou même en voiture, comment se rendre compte des odeurs, des changements de température lorsque l’on passe près d’un bosquet, et il y a aussi la proximité, les sourires des gens qui sont comme vous à deux-roues…Je me souviens particulièrement des champs de poivriers au Sud Vietnam, les fleurs sentaient le jasmin ! Mais il y a aussi la poussière, la chaleur, la pluie parfois…

 

…et se concrétise en Islande !

Début 2010, mon ami Stephane se prépare à quitter Montpellier avec sa copine pour aller vivre en Nouvelle-Zélande. Je discute avec lui au téléphone comme cela nous arrive régulièrement et il me dit qu’il cherche à vendre son scooter 125 et sa voiture. Dans mon esprit, ça fait « tilt », je me suis dit qu’un scooter 125, c’était génial pour bouger facilement, surtout quand il fait beau, bref, je me vois bien rider dans Colmar et les alentours;)

Je crois qu’il ne m’a pas fallu une semaine pour que j’en arrive à l’idée de voyager autrement que ce que j’avais fait jusqu’à présent. Il faut dire que je n’avais jamais trouvé jusque là une pleine satisfaction à voyager avec un sac à dos : on arrive dans une ville, il faut marcher avec son sac, on est vite limité à 10-15 km (ce qui est déjà énorme surtout dans des pays chauds) on est tributaire des transports en commun ou du stop ( J’en ai fait en Nouvelle Calédonie et les moments creux, c’est démoralisant!) en plus à chaque fois que je suis dans un train ou un bus je me sens frustré parce que je ne peux pas m’arrêter quand je veux, pour aller découvrir, ce qu’il y a derrière une colline ou explorer un biotope…Bref, avoir une 125 me paraît alors être la panacée:)
J’avais l’Islande en tête depuis quelques années déjà, le moment était donc venu de concrétiser cette idée. En une semaine, mon choix s’est arrêté sur une Yamaha 125 WR qui a l’avantage d’être aussi bien taillée pour la route que pour les pistes et j’en ai acheté une d’occasion (1000 km au compteur, juste rodée) pour 2500€. La suite se passe en Islande

Avec ma 125 face au glacier islandais
Avec ma 125 face au glacier islandais

Ma moto 125 en Italie:

Le 25 avril, après avoir laissée Romy à la gare, je suis allé voir l’Abbaye de Monte Cassino, une ligne de plusieurs dizaines de voiture sont stoppées en haut, je les dépasse par la gauche sans problème avec ma 125 qui se faufile partout. Un agent qui distribue les places de parking aux automobilistes me fait signe de passer d’un air entendu et m’invite à me garer devant le bâtiment:). En moto, pas de problème de bouchon, pas de problème de stationnement.
Et même si parfois il pleut, il fait froid, comment ne pas être enthousiaste quant on passe à coté d’un champs d’orangers en fleur près de Terracina, comment ne pas prendre la pleine mesure de sa chance, sa liberté quant apparaît la mer sur la côte vers San Felice Circeo et que les embruns aux odeurs de sels s’écrasent jusque sur la chaussée…

ma moto 125 devant l'église de Termini imerese
ma moto 125 devant l'église de Termini imerese

Et pourquoi en voyager en 125 cm3 et pas avec une « vrai » moto?

1) Parce qu’à l’origine partir en 125, c’était être libre de tout puisque je n’avais qu’à trouver la moto (mon permis B date d’avant 1998 donc j’ai le permis moto 125 d’office) et partir !
2) Parce qu’au delà de la vitesse et des performances, la moto représente pour moi un moyen simple et pratique pour aller où je veux quand je veux.
3) Parce que sur les routes secondaires*, et particulièrement en montagnes, une 125 suffit pour se faire plaisir ne pas rester derrière les boulets en voiture qui freinent dans les tournants 😉 et même si je me fais pourrir parfois sur les lignes droites, 9 fois sur 10, je retrouve les automobilistes coincés derrière un camping-car, un camion, ou dans un bouchon et moi, avec mon 60 Km/H de moyenne, j’arrive et leur passe quand même devant !
4) Parce que je ne peux et ne veux emmener que mon sac à dos (cela m’évite de me retrouver avec 40 ou 50 kg de matos comme je l’ai vu souvent chez la plupart des motards 😉 )
5) Parce que c’est économique (3 litres de super pour 100 km), et demande peu d’entretien.
6) Parce que j’ai commencé le permis mais que je suis parti en Italie avant de le finir.**

*Je ne prends que rarement les autoroutes, pour moi le voyage commence dès le 1er kilomètre donc pas la peine de se presser pour « arriver » dans le pays que l’on veut visiter comme si ce qu’il y avait avant n’avait pas d’importance.

**…à suivre

 

Article original : voyager en moto 125

[ad#ad-3]

Bain de boue à Vulcano

 

Vu sur le blog voyages

6 mai

Une journée tranquille à vagabonder sur l’île : petite marche à Capo Grilo, un peu de lecture sur la plage de sable noir, dégustation d’une glace sur le port et avant de manger, un bain de boue volcanique!

L'île de Lipari vue depuis le point de vue du Capo GriloL'île de Lipari vue depuis le point de vue du Capo Grilo
L'île de Lipari vu depuis le point de vue du Capo Grilo

L’eau n’est pas très chaude et l’odeur caractéristique du souffre (d’œufs pourris) me ragoûte un peu mais je suis là pour en profiter alors je plonge !

Un bon bain de boue volcanique pour s'ouvrir l'appétit!
Un bon bain de boue volcanique pour s'ouvrir l'appétit!

Bain de boue à Vulcano : 2€ !

En fait l’eau en surface est grisâtre mais c’est au fond de l’eau qu’il faut chercher la boue et se l’appliquer sur le corps, le visage. Je regarde les autres faire et je les imites, apparemment, il y a des habitués !

Ce genre de cures (plusieurs jours j’imagine) semble être bénéfique pour la peau, il faudra que je me renseigne…

A la sortie du bain, on va tous se réfugier contre les rochers volcaniques qui entourent la mare : il y a plusieurs petites grottes de 80, 100 cm d’où s’échappe de l’air chaud du sol. Une sorte de sauna à l’extérieur. J’y reste longtemps, à 2€ la séance (sans limite de temps je précise, on en profite!) 🙂

Petites cavités d'où sort de l'air chaud!
Petites cavités d'où sort de l'air chaud!

Le soir, repas au restaurant « Il Palemento », Insalata Caprese (tomates, mozzarella tout simplement) et poisson grillé, quelques fraises en dessert. Tellement simple, tellement bon (pour les prochains articles, je vais penser à prendre des photos).

Cet après-midi, j’ai rencontré un couple de Français, ils m’ont parlé du Stromboli qui est une des îles éoliennes. Apparemment, c’est LE truc à voir par ici…Je me suis renseigné pour y aller en bateau, demain je saurai s’il y a assez de réservations pour que l’excursion soit organisée.

 

Article original :  bain de boue volcanique

 

Alain
[ad#ad-3]

Les îles éoliennes – l’île de Vulcano

Vu sur le blog Voyages

5 mai

J’avais prévu d’aller au parc de Tzingarro, mais Augustin un ami de Freiburg, m’a appelé la nuit dernière et m’a (re)-parlé des îles éoliennes : sauvages, volcaniques, bref à ne pas manquer !

Ce matin, je retourne donc sur mes pas en direction de Milazzo (B). Je vais trouver le port et prendre le premier bateau pour les îles avec ma moto.

 

Les îles éoliennes

Les îles éoliennes comptent sept îles : Vulcano (B) sur laquelle je vais et où il y a un volcan endormi, Lipari qui est la plus grande, Salina, Panarea, Filicudi, Alicudi et l’île Stromboli qui porte le nom du volcan qui la domine.

[iframe http://maps.google.fr/maps?f=d&source=s_d&saddr=Terme+Vigliatore,+Italie&daddr=Milazzo,+Italie+to:Vulcano,+Lipari,+Italie&hl=fr&geocode=FansRQIdeEnnAClxa6OCtiUUEzEwO7hnKQQLBA%3BFSMuRwIdHo3oACm5Y04R6zEUEzFVJih4jix5uA%3BFVDLSQIdG2XkACmbanloWH4WEzHow3toep2lcg&mra=ls&dirflg=ht&sll=38.522384,15.715942&sspn=1.009915,2.966309&ie=UTF8&t=h&ll=38.274975,15.10238&spn=0.28469,0.30762&output=embed 580 350]

Départ 14h, arrivée prévue à 16h30 sur l’île de Vulcano (34, 15 € pour 2h30 de bateau)*, il n’est que 11h, je visite un peu la ville de Milazzo et achète des oranges. Les oranges siciliennes sont savoureuses, une fois épluchées, on les mange comme une pomme en croquant dedans à pleines dents !

 

L’île de Vulcano

 

Enfin du ciel bleu, J’arrive sur l’île de Vulcano, Ça sent le souffre !

Le volcan de l'île vulcano
Le volcan de l'île vulcano

L’île n’est pas bien grande, je la parcours rapidement en moto, je dois dire que je suis un peu déçu, car l’île bien que sauvage ne présente pas d’endroit pour y poser une tente, et même si l’urbanisation ne gâche pas le paysage, à part le route principale, tout est quasiment privatisé (sauf le volcan!).

coucher de soleil sur la plage près de mon camping
coucher de soleil sur la plage près de mon camping

Direction le seul camping de l’île (12€ la nuit), le soir j’irai manger au village, un délicieux couscous de poissons vraiment fantastique.

 

Total : 1966,8 km

km parcourus aujourd’hui : 83,5 km

article original : Les îles éoliennes

*Plusieurs compagnies proposent des allés simples ou des allés retours pour les personnes sans voitures, motos, camping car, bref des piétons ;). En bateau rapide, cela prend environs 45 minutes!

[ad#ad-3]

La Sicile!

 

Vu sur le blog voyages

4 mai

Le temps n’est pas meilleur aujourd’hui, je vais aller directement à Regio Calabria (H) qui n’est qu’à une bonne centaine de kilomètres et passer en Sicile, je ne m’étais pas rendu compte que j’étais si près!

Je dévie (comme souvent…) de ma route en apercevant un panneau indiquant une station thermale à Galatro (C). Sans succès, établissement vide !

En plein brouillard. J'enrage...
En plein brouillard. J'enrage...

Je me fais surprendre par de petites pluies qui s’additionnent et mouillent bien la route. Ce n’est vraiment pas l’idée que je me faisais de mon voyage en Italie du sud…Le pire est à venir, alors que je rejoins la côte à Palmi (F), je pense en avoir fini avec la pluie (les routes à côté de la mer sont épargnées par le mauvais temps jusqu’à présent!) mais la route qui mène à Bagnara et Reggio Calabria monte de plusieurs centaines de mètres ! Je me retrouve dans un brouillard où l’on n’y voit pas à 10 mètres !
J’enrage…

Alors que je descends enfin vers la mer, je sors du nuage blanc, et me réjouis du spectacle :

En sortant du brouillard, la Sicile se dessine au loin (à droite...)
En sortant du brouillard, la Sicile se dessine au loin (à droite...)

Je mets quelques secondes à réaliser qu’il s’agit en fait de l’extrémité Est de la Sicile:)

Pause repas peu avant Reggio, je prends le bateau de 15H (9€ pour une personne et une moto) qui arrivera une heure plus tard prêt de Messina. Je commence mon tour de l’île en direction de Palermo.

Il me faudra plusieurs heures pour m’extirper de la côte hyper urbanisée, ce n’est qu’après Milazzo que la route s’ouvre un peu. Je m’arrête à Terme Vigliatore (K) et plante ma tente au bord de mer dans un endroit pas très nature mais relativement calme.

La vue de ma tente lors de ce premier camping sauvage en Sicile
La vue de ma tente lors de ce premier camping sauvage en Sicile

Demain, je vais aller le plus loin possible vers Palermo et le parc de Zingaro  que l’on m’a plusieurs fois recommandés !
[iframe http://maps.google.fr/maps?f=d&source=s_d&saddr=Gizzeria+Lido,+Gizzeria,+Italia&daddr=Vibo+Valentia,+Italie+to:Galatro,+Italie+to:Polistena,+Italie+to:Taurianova,+Italie+to:Palmi,+Italie+to:Bagnara+Calabra,+Italie+to:Reggio+de+Calabre,+Italie+to:Messina,+Italia+to:Spart%C3%A0,+Messina,+Italia+to:Terme+Vigliatore,+Italie&hl=fr&geocode=FVMIUgIdsXH3ACnHY0RO0OY_EzGAA0PFsJULCg%3BFZokTgIdfKH1ACmHouGgjGgVEzERuMZVoptuXw%3BFfTeSgIdr9b1ACk9JXWhzRUVEzEXpI0p8_70dA%3BFTYGSgId70D1ACkjhRz31RAVEzGwK-JOrpULBA%3BFWhJSQIdylH0ACmT88PzohoVEzGwLeJOrpULBA%3BFSM2SQIdpKTxACkz3e5RcwYVEzFwK-JOrpULBA%3BFWg8SAIdtjbxACm74nwv9gAVEzFQKOJOrpULBA%3BFYKVRQIdWM3uAClpXV3jjlAUEzHU4wUoNSYnBQ%3BFczERgIdw1vtACnfmzy3ZU4UEzEaX3-UrtMrNQ%3BFa1YSAIdVjLtACkX8rr-ILMVEzExEcSlKgQLJg%3BFansRQIdeEnnAClxa6OCtiUUEzEwO7hnKQQLBA&mra=ls&dirflg=ht&sll=38.453153,15.668508&sspn=1.010879,2.966309&ie=UTF8&ll=38.453589,15.666504&spn=0.81615,1.11589&t=h&output=embed 580 350]

Kilomètres parcourus : 287,6

total 1883,3 km

Article original : Aller en Sicile en bateau

Comment faire un Cappuccino ?

Vu sur le blog Voyages

Cela faisait longtemps que j’avais envie de faire un article sur le Cappuccino! J’en bois tous les jours depuis que je vis en Italie, il est normal que je lui rende hommage!

Tout commence avec la préparation du « caffè » (je l’écris à l’italienne pour vous mettre dans l’ambiance…). Il faut donc faire un caffè expresso mais dans une grande tasse!

Tout commence avec un simple expresso
Tout commence avec un simple expresso

Mettre alors du lait froid (!) dans une cruche, puis chauffer le liquide avec de l’air bouillant soufflé au centre du récipient…(c’est technique)

Chauffer le lait avec de l'air bouillant!
Chauffer le lait avec de l'air bouillant!

On obtient une sorte de crème – mousse de lait. Les garçons de café qui préparent le cappuccino tapotent systématiquement la cruche sur le bar plusieurs fois avant de verser le contenu de droite à gauche dans la tasse contenant l’expresso.

Verser l'émulsion de lait avec un mouvement régulier de droite à gauche
Verser l'émulsion de lait avec un mouvement régulier de droite à gauche

Voilà, le Cappuccino est prêt, vous pouvez saupoudrez de cacao, sucrez un peu, beaucoup, pas du tout selon votre goût.

cappuccino prêt à être dégusté!
cappuccino prêt à être dégusté!

 

Article original : Comment faire un cappuccino

Plein Sud

Vu sur le blog voyages

3 mai 2011

Nuit venteuse et pluvieuse, je pars vers 10H00 et m’arrête vite pour prendre un cappuccino! A peine posé, il pleut à verse…

camping sauvage de la veille, pluie et vent...
camping sauvage de la veille, pluie et vent...

La grotte azzura est déjà loin, le temps est exécrable, il fait froid, quitter la route qui va vers le sud pour visiter Grisolia (B) par exemple est un vrai calvaire, à peine quitté le niveau de la mer, il y a un brouillard épais qui descend de la montage.

Je reste définitivement le long de la mer, et roule vers le sud en espérant une éclaircie. Je m’écarte pourtant une dernière fois pensant trouver un établissement thermale et passer quelques heures dans un bain d’eau chaude. Après une demi heure de route, dans le froid et le brouillard, l’établissement est fermé…

Je redescends par la même route, fatigué.

Le soleil feint d’apparaître peu après Amantea. Je m’arrête dans un petit hôtel à Gizzera lido (C). Pour me réconforter, ce soir, ce sera restaurant : bruchetta à la tomate, l’assiette du pécheur, une petite bouteille de vin rouge (très bon!) et un tiramisu.

[iframe http://maps.google.fr/maps?f=d&source=s_d&saddr=Praia+a+Mare,+Italie&daddr=Grisolia,+Italie+to:Gizzeria+Lido,+Gizzeria,+Italia&hl=fr&geocode=Fd3TYAIdcMTwACnDj1d0hN8-EzFNBL0-YuGI9g%3BFbMmXgIdb-vxACkDsG_5QBs_EzHwHOJOrpULBA%3BFVMIUgIdsXH3ACnHY0RO0OY_EzGAA0PFsJULCg&mra=ls&sll=39.900125,15.778928&sspn=0.12379,0.370789&g=Praia+a+Mare,+Italie&ie=UTF8&ll=39.419795,15.99599&spn=0.97903,0.44046&t=h&output=embed 580 350]

Je pense aller à Catenzaro demain et passer 2 -3 jours à découvrir la région et le parc de la Sila piccola. En attendant, je me repose, ma jambe me fait encore bien mal.

km parcourus : 394,5

total 1595,6

Article original : plein Sud

La grotte Azzura, le parc du Cilento

Vu sur le blog voyages

2 mai 2011

Après ma visite de Paestum et ma première nuit de camping sauvage (A), je continue ma descente vers le sud. La côte est très escarpée, la montagne plonge directement dans la mer, les villages sont suspendus aux rochers.

Je décide d’aller à Palinuro (B) et de visiter la grotta Azzurra ( grotte bleu ) avec un tel nom, il doit bien y avoir quelque chose de spectaculaire à voir:)

Grotta azzura  étrange et attirante couleur bleu
Grotta azzura étrange et attirante couleur bleu

Palinuro est une jolie ville balnéaire, complètement endormie en ce début de mois de mai ; on imagine aisément l’effervescence qui va l’animer l’été arrivant.

Renseignements pris, les grottes (il y en a plusieurs finalement) se visitent depuis la mer en bateau donc ! Direction le port touristique.

A cause de la houle , seule la grotte Azzura est au programme aujourd’hui, tant mieux, je suis là pour elle. La visite de la grotte se fait donc sur un petit bateau, je rencontre un couple de Français et leur deux enfants qui habitent Naples.
La particularité de la grotte est bien sa couleur : une fois à l’intérieur, le fond de l’eau apparaît bleu azure, cela est dû à un conduit souterrain ouvert sur l’extérieur qui amène donc la lumière sous la grotte.

Le port de Palinuro
Le port de Palinuro

 

Après la visite, je casse la croûte sur le port où quelques pécheurs s’affairent.

Cet après midi, je vais me prendre le temps de visiter (à moto) l’intérieur du « Parc national du Cilento » :

[iframe http://maps.google.fr/maps?f=d&source=s_d&saddr=Marina+di+Ascea,+Ascea,+Italien&daddr=Palinuro,+Centola,+Italie+to:Montano+Antilia,+Italie+to:Sanza,+Italie+to:Torraca,+Italie+to:Sapri,+Italie+to:Praia+a+Mare,+Italie&hl=fr&geocode=Ff-DZAIdCXvnACk_vmB5Ca8-EzHQVcUPIuEJCg%3BFXvmYgIdQkfpACn7BW5jlbs-EzEQV8UPIuEJCg%3BFfbQZAId33jqACmTemkLhrY-EzEg42OZH-EJBA%3BFX4ZZgIdS1TtACmb27nF4TI5EzEQ52OZH-EJBA%3BFaIOZAIdFJHuACnDP8VWCNE-EzEA6GOZH-EJBA%3BFfaDYwIdkYDuACm_d8niQtA-EzFfmp9jOvWEyg%3BFd3TYAIdcMTwACnDj1d0hN8-EzFNBL0-YuGI9g&mra=ls&dirflg=ht&sll=40.072735,15.47445&sspn=0.493913,1.483154&ie=UTF8&ll=40.071766,15.474243&spn=0.34635,0.60896&t=h&output=embed 580 350]

Centola – Montano antilia (C) – Sanza (D) – Torraca (E) – Sapri (F)

Des petites routes de montagne tout du long, la nature sauvage est partout, j’ai envie de m’arrêter et d’escalader les collines mais ma jambe droite ne me le permet pas. Heureusement, je n’ai pas à aller bien loin pour découvrir des merveilles :

Orchidée au parc du Cilento
Orchidée au parc du Cilento

Je roule à 20 km/h et stoppe souvent, il y a tellement de plantes fascinantes :

J'en trouve au bord des routes du parc!
J'en trouve au bord des routes du parc!

Je repère encore quelques orchidées et file me réchauffer en prenant un cappuccino à Torraca.

le parc du Cilento :

Parc du Cilento
Parc du Cilento

Sapri n’est pas loin mais je sais maintenant qu’il sera difficile de trouver un camping, les côtes escarpées ne sont pas propices à ce genre d’activités.
Je suis obligé de rouler encore bien des kilomètres avant de trouver un endroit plat où poser ma tente. Ce sera à côté de Praia a mare (G) dans un champs en bord de mer.

Je reprends mes habitudes islandaises, je me balade sur le bord de mer, c’est la première fois depuis mon départ que je retrouve cette atmosphère, cette émotion, encore tellement loin. L’instant présent est rempli de son unicité, et il s’en va déjà…

C’est un voyage émotionnellement différent de mon voyage en Islande, je m’en rends compte ce soir, je pars sans savoir quand je rentre. Ce n’est plus un voyage dans ma vie mais ma vie qui passe en voyageant, la différence est énorme, le sens de la vie ne me semble trouver de véritable réponse que dans le présent.

Km parcourrus aujourd’hui : 209,1
Km total : 1410,1

article original : Palinuro, la grotte Azzura, le parc de cilento

[ad#ad-3]

Paestum – site archéologique

vu sur le blog voyages

1 mai 2011

Ma hanche et mon talon droit sont toujours douloureux, mais ça va déjà mieux. Je n’ai pas le cœur à rester plus longtemps, il ne pleut plus, je ramasse mes affaires et prends la route direction Paestum (B) à une trentaine de kilomètres de là. Ce site est un ancienne cité grecque; à l’origine son nom était Poséidonia qui devient avec le temps et les invasions, Paestum.

Le site archéologique de Paestum
Le site archéologique de Paestum

 

Le site est impressionnant, trois temples de plus de 2500 ans sont encore debout, c’est incroyable de penser que d’autres êtres humains, étaient là, il y a tellement d’années et que leurs œuvres, les lieux de leurs cultes existent encore.

Temple de Zeus
Temple de Zeus

Je marche difficilement. Comme pour Ostia Antica, ce site archéologique mériterait que je m’y attarde plus : des mosaïques sont encore visibles sur le sol de certaines habitations, il y a tant à voir…

Le temple d'Era
Le temple d'Era

 

Le musée de Paestum

Je me prends le temps de visiter le musée, les pièces retrouvées dans les tombes sont légions, je contemple avec émotions les peintures, les dessins, les poteries retrouvés.

emphore dans le musée
amphore dans un parfait état

Les artisans, les artistes à l’origine de ces œuvres me paraissent tellement proche malgré les années.

dessin sur une tombe
dessin sur une tombe

 

Je reste l’après midi dans un restaurant avec connexion WIFI, j’ai du travail et cela me permettra de reposer ma jambe déjà trop sollicitée par les visites de ce matin.

[iframe http://maps.google.fr/maps?f=d&source=s_d&saddr=Salerno,+Italia&daddr=Paestum,+Capaccio-Paestum,+Italie+to:Santa+Maria+di+Castellabate,+Castellabate,+Italia+to:Marina+di+Ascea&hl=fr&geocode=FUWybAIdWE_hACmVjzDsMMI7EzG2QBz_0dXX6g%3BFWq9aAIdmPXkACktocZRc_07EzFQvsJTIuEJCg%3BFVS3ZgIdXBLkACkTyq77owA8EzGwm8UPIuEJCg%3BFf-DZAIdCXvnACk_vmB5Ca8-EzHQVcUPIuEJCg&mra=ls&dirflg=ht&sll=40.244943,15.066376&sspn=0.123165,0.370789&ie=UTF8&ll=40.409945,14.9682&spn=0.53603,0.4063&output=embed 580 350]

Je me remets en route tardivement vers 18h, en quête d’un camping. J’en ai vu tellement entre Salerno et Paestum que je ne doute pas une seconde d’en trouver un rapidement. Je vais vers Santa Maria (C).

2h30 plus tard…à Marina di Ascea (D)

Pas de camping ou sinon ils sont fermés… Je trouve un champs d’oliviers en bord de mer, je monte la tente, il fait nuit noire.

Presque seul, avec un spectacle magnifique : Des milliers de lucioles m’entourent…

 

Km parcourus aujourd’hui : 109,5 km

Total : 1201 km

 

Article original : Paestum – site archéologique

 

comment réparer sa veste avec de la colle

Vu sur le blog voyages

30 avril 2011 – 10,5 km

9h00 – Dans le bureau de la police municipale. Je fais ma déclaration en Français, l’officier me laisse la taper moi-même. Je ne comprends pas trop la suite des évènements, mais j’ai compris qu’on va m’accompagner pour voir ma moto…

poignée de frein cassée sous le choc de l'accident
poignée de frein cassée sous le choc de l'accident

La poignée de frein est cassée, un bout de plastique fendu, le repose pied arrière tordu…Rien de plus à déplorer ! Ma moto va mieux que moi

Elle avait été récupérée par une casse-auto et l’équipe présente, se prend le temps de me trouver un nouveau frein, une bonne heure à chercher à droite à gauche pour avoir la pièce compatible. La police qui m’a emmené est partie depuis longtemps, je rentre à l’hôtel en moto et y reste toute la journée, dehors, il pleut à verse. Je suis sensé rester 5 jours au calme, sans (trop) bouger. Cela va être difficile, demain s’il ne pleut plus j’aviserai…

 

Je profite de ma journée pour réparer la manche de ma veste que les secouristes avaient coupée :

collage de ma manche de veste à la super glue
collage de ma manche de veste à la super glue

Voilà un bon exemple d’utilisation de la colle super glue que j’avais notée sur ma liste de préparation:)

 

Total : 1201 km

 

Article original : comment réparer sa veste ?

Article précédent : la côte Amalfi

La côte Amalfi

Vu sur le Blog Voyages

29 avril 2011 – 186 km

[iframe http://maps.google.fr/maps?f=d&source=s_d&saddr=82034+San+Lorenzo+Maggiore+B%C3%A9n%C3%A9vent,+Italie&daddr=Napoli,+Italia+to:40.68985,14.4585+to:Amalfi,+Italie+to:Tangenziale+di+Salerno%2FSS18&hl=fr&geocode=FUVwdQIdvyrfACnDGZ6z5EA6EzHEukKamReOJQ%3BFaErbwIddHbZACmZfmxqTwg7EzEdGXg7wSz1PQ%3BFbrgbAIdhJ7cACmxuKFLpqI7EzHQrwy1H-EJEw%3BFfoHbAIdTNHeACl73LJsr5U7EzHLkzo4_-sm5g%3BFcBJbAIdVjXiAA&mra=dme&mrsp=4&sz=8&via=2&sll=40.942255,14.50915&sspn=1.004141,2.966309&ie=UTF8&t=h&ll=40.942255,14.50915&spn=1.004141,2.966309&output=embed 580 300]

 

Départ vers 9h00 de « la Vecchia Trenella  » il y a du brouillard qui semble descendre de la montagne, je file vers Naples à 70 km de là.

 

Le Vésuvio vu de Naples
Le Vésuve vu de Naples

 

La ville est une vraie jungle, le centre est complètement congestionné par la circulation, je passe une bonne heure à me faufiler à moto pour atteindre le port. Je fais une pause déjeuner en face du volcan Vésuve qui est sous les nuages. Cette après midi, direction la côte Amalfi !

 

Le volcan se découvre alors que je vais vers la côte Amalfi
Le volcan se découvre alors que je vais vers la côte Amalfi

 

Superbe route et superbes paysages, la côte Amalfi porte le nom d’un village incrusté dans la montagne, le beau temps m’accompagne.

 

Le bord de mer vers Amalfi
Le bord de mer vers Amalfi

 

 

J’arrive finalement à Salerno et décide de poursuivre en longeant la côte vers le sud pour sortir de cette zone urbaine et trouver un camping.

 

La côte Amalfi est derrière moi, direction Salerno
La côte Amalfi est derrière moi, direction Salerno

 

Vers 18h30, en sortant de Salerno, une voiture grille un stop, je la percute et la heurte violemment avec ma hanche et ma cheville droite. La douleur me fait rester à terre, sous le choc (je n’étais je pense qu’à 40 – 45 km/h), impossible de me lever. L’ambulance arrive et m’emmène à l’hôpital pour diverses radios. La police me prévient qu’elle s’occupe de prendre moto et sac à dos.

 

accident peu après Salerno (photo prise par la police)
accident peu après Salerno (photo prise par la police)

Je sors de l’hôpital vers 23H30, le personnel me trouve un hôtel (Lion’s Club s’il vous plait !) pour la nuit, il s’agit en fait d’un établissement très simple et pas cher (25€ la nuit) soutenu par le Lion’s Club de Salerno. La réceptionniste me commandera même une pizza, je m’endors difficilement, la tension nerveuse, la douleur…Le medecin m’a prescrit 5 jours de repos, je n’ai rien de cassé mais une grosse contusion à la hanche droite. Je ne sais même pas si ma moto est encore en état, et quand bien même, si je serai capable de conduire sous peu…

 

Demain, je dois aller à la police pour prendre mes affaires et faire ma déclaration, je m’endors finalement pas malheureux.

 

Total  KM : 1076 km

article originale : la côte Amalfi