La grotte de Pastena



Vu sur le blog Voyages

26 avril 2011 – 133,8 km

Il fait froid et il pleuviote, impossible de se sentir à l’aise dans ces conditions mais c’est ainsi que cela se passe en moto: le vent refroidit tout, même le cuir de mes gants me paraît être gelé ! En partant de Cassino et son abbaye, j’aperçois un panneau « grotte de Pastena » je décide de le suivre…Les indications me mènent au cœur des montagnes et le froid se fait plus coupant, je m’arrête enfin et visite l’impressionnante grotte et ses sept salles. Une bonne heure de visite dans une grotte humide et sombre qui m’a paradoxalement permis de me réchauffer !

L'entrée de la grotte de Pastena

L'entrée de la grotte de Pastena

L'une des sept salles à l'intérieur de la grotte

L'une des sept salles à l'intérieur de la grotte

 

Je me dirige vers la mer, après les champs d’oliviers, les champs d’orangers accompagnent ma route, l’odeur est saisissante, elle m’emmène à Terracina. Je découvre la ville à pied puis je poursuis vers San Felicio Circeo. Mais la pluie arrive, je cherche alors un camping !

Ce matin à Cassino, j’ai finalement saisi la chance d’avoir un magasin spécialisé sur place pour acheter une tente deux places double parois et un sac de couchage plus adapté aux nuits fraîches en montagne (je commence à avoir une belle collection de sacs de couchage…), c’est avec excitation que je monte ma nouvelle tente et que je rentre au chaud dans ce nouveau duvet 🙂

 

KM total : 641,8 km

article original : la grotte de Pastena

Publié le 1 mai 2011 dans L'Italie.

Cet article t'a plu? Partage le avec tes amis! et n'oublie pas de t'abonner à la newsletter ;)










2 Commentaires:

  1. joe:

    Ca sent bon le Sud ! Antipasti et autres petits plats, oliviers et orangers le long de la route ; je donnerais bien un peu de muguet (1er mai oblige) contre ça !!

  2. Le Lac de Matese | Blog Voyages:

    […] précédent : la grotte de Pastena Publié le 1 mai 2011 dans […]

Faire un commentaire:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.