Côte Ouest et une nouvelle plante carnivore



 

Après ma  randonnée en terre inconnue, j’ai repris la route tranquillement vers le Sud. Pas question de refaire une marche avant quelques jours, au mieux une balade d’une heure ou deux mais pas plus, j’ai super mal au jambes !

Après un arrêt ravitaillement à Greymouth, je file vers Franz Glacier, j’espère voir le Mont Cook et ses glaciers, lui-même culmine à 3755 mètres.

Malheureusement, il pleut par averses et je ne m’étonne pas de ne pas voir les sommets environnant avec un tel temps.

Mais je n’ai pas perdu mon après midi pour autant, en « visitant » un champs, où de la sphaigne pousse un peu partout je trouve une nouvelle plante carnivore : drosera binata 

drosera binata

drosera binata dans la nature

 

Le spot est très petit, quelques mètres carrés à peine et pas plus d’une dizaine de plantes de drosera binata. Il faut dire qu’il s’agit belle et bien d’un champ utilisé pour l’élevage : il n’y a pas de vaches ce jour là mais les traces de sabot sur le sol ne laisse aucun doute, le site est régulièrement visité par des troupeaux de bovins.

les fleurs arrivent...

les fleurs arrivent...

 

Je trouve aussi drosera binata dichotoma, reconnaissable à la double fourches au bout de ses feuilles :

drosera binata dichotoma

drosera binata dichotoma

 

En tout cas, c’est encore une belle surprise, bon j’avoue que ce n’est pas la première fois ni la dernière que je m’arrête au bord de la route espérant trouver une plante intéressante. Pourtant rares sont les fois ou ces expéditions sont couronnées de succès.

exemple d'un des nombreux trou d'eau visité

exemple d'un des nombreux trou d'eau visité

 

En tout cas, je me trouve un beau coin pour passer la nuit, juste avant Gillespies Beach, qui n’est qu’un camping – parking. Je préfère les grands espaces…

le point rose et bleu qu milieu, c est le van

le point rose et bleu au milieu, c est le van

 

Le lendemain, 4 janvier, les nuages ne se sont pas levés sur le Mont Cook, tant pis, direction le sud et Haast Beach pour une partie de pêche là encore dans un coin superbe, mais je finirai par manger les provisions que j’ai acheté la veille…

A noter, une plaie majeure en Nouvelle Zélande, les Sandfly : petites mouches qui piquent et laissent des marques bien rouges qui vont vous démanger après 24H comme c’est pas permis.

Bien sur pour dormir dans le van, j’ai acheté une bombe anti-moustiques, je passe ainsi des nuits plutôt tranquilles mais en journée…Il existe bien des répulsifs mais je n’ai jamais été convaincu par ceux-ci donc, j’en ai pas pris et je le regrette amèrement ce jour là ! (d’autant que ceux spéciaux pour les Sandfly marchent plutôt bien, comme je le verrai par la suite).

Demain direction Wanaka et le Fiordland National Parc !

Publié le 17 janvier 2012 dans nouvelle-zélande, Plantes et voyages.

Cet article t'a plu? Partage le avec tes amis! et n'oublie pas de t'abonner à la newsletter ;)










6 Commentaires:

  1. tunimaal:

    Cool que tu ait été couronné de succès ce coup-ci. Et bonne chance avec tes Sandfly

  2. bibi:

    Alain me faut 5 sphaigne fraiche de 1L et 2 de 3L merci!

    boulet man

  3. Schoenacker Alain:

    Coucou Alain, j’adore le suivi que tu nous fais partager, j’ai repris tes écris, photos et vidéos, j’ai fais un topic pour les piqués d’Epine de France et je l’alimente au fur et à mesure.
    bonne continuation , on pense à toi.
    Amitié de tes potes

    Alain

  4. Alain K:

    @ tunimaal: plus trop de probleme avec les Sandfly apres Christchurch mais avant, j ai souffert…

    @bibi : t’as l’air d’avoir du temps de libre 😉 je te ramene ca mais ce sera pas le meme prix aue d’habitude lol

    @Schoenacker Alain : Cool pour le topic 🙂 ya encore quelques articles qui arrivent…
    Un de ces jours il y aura bien des cactus au programme, tu sera pas decu 🙂

  5. Lucas:

    Salut alain
    Merci de faire profiter de nos chére plante en nature!!! C’est si rare de les voir!!!!

  6. francois:

    Alain super tes photos @+ plus francois

Faire un commentaire:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.