Pause à Wanaka et direction Te Anau



Le 5 janvier, j’arrive à Wanaka, qui est une belle ville, très animée, avec pas mal de commerces, bref, on y trouve tout ce qu’il faut pour se ravitailler ! Je me balade un peu et me pose dans un vrai camping pour la première fois de puis le début du voyage, avec de vraies douches chaudes…enfin !

 

En plus ce qui est bien en camping, c’est qu’on rencontre des gens : je fais la connaissance d’Eric et d’Antonia, eux aussi en voyage pour quelques semaines en camping car, on prend l’apéro jusquà 22h30, plus le temps de cuisiner, on va dormir quand même rassasié;)

 

Je profite de cet arrêt pour trier mes photos et voici quelques fougères vues au cours de mes balades :

 

 

fougère arborescente

fougère arborescente

 

J en ai vu depuis de plus de 5 metres de haut!!

 

microsorum diversifolium

microsorum diversifolium

On peut le trouver ici aussi  : microsorum diversifolium

 

mini fougère

mini fougère très jolie, elles tapissent le sol

 

moi sous une fougère

moi sous une fougère

 

Wanaka – Te Anau : une route périlleuse

 

Le lendemain, je prends la direction de Te Anau, je pense faire le Kepler Track. Jusqu’à présent j’ai eu pas mal de chance pour trouver mes premières plantes carnivores : drosera arcturi et drosera binata. Là comme je ne veux me donner toutes les chances de trouver drosera stenopetala, j’ai écris à Bruce de l’association Néozélandaise de plantes carnivores. Il me donne plusieurs pistes à suivre dont le Kepler Track où je devrai pouvoir voir le drosera en question. Parfait !

 

Mais pour arriver à Te Anau, il y a pas mal de route à faire, plus de 200 km et pas sur autoroutes…Entre Wanaka et Queenstown, en passant par Cardona qui en fait une des routes les plus escarpées de Nouvelle Zélande, il m’arrive un pépin mécanique qui me fait craindre le pire : la casse mécanique et la fin du voyage en van ! Car arrivé en haut du col, le moteur poussé à fond en seconde (boite automatique) depuis plusieurs minutes, se met à perdre un bon litre d’un liquide visqueux une fois arrivé sur le plateau qui donne vue sur Queenstown et où je me suis arrêté quelques instants. C’est au moment de repartir que j’entends un « glou-glou » qui me fait froid dans le dos. Peut être s’agit-il d’une de mes bouteilles d’eau qui se vide à l’arrière mais il n’en est rien, c’est bien le moteur…

 

Ne voyant aucun voyant rouge allumé sur le tableau de bord, je continue ma route pas rassuré pour autant. Je teste les freins et ménage le moteur le plus possible. Se peut-il qu’un trop plein d’huile ou de liquide de frein se soit échappé suite à la forte pente et une fois de retour à plat ? En tout cas rien n’y paraît et je poursuis ma route…

 

A Te Anau, l’office du tourisme me renseigne sur la randonnée, en fait il faut de deux à trois jours pour la faire complètement : 60 km !

Oups, je n’avais pas prévu de passer 3 jours là !

 

Autre solution faire une randonnée d’un jour sur le Kepler track, en prenant un taxi bateau qui me déposerai en face de Te Anau (qui est donc au bord d’un lac), au pied du mont Luxmore ce qui me permettrai, en une journée de marche, d’arriver au sommet (1471 m) et d’en revenir !

Je ne sais si il y aura des opportunités pour trouver des drosera sur cette partie du Kepler Track mais je tente le coup (depuis la randonnée de St Arnaud, j’affectionne particulièrement ce genre de mission ;), en tout cas, je serai mieux préparé!).

 

Le rendez-vous est pris : demain matin, 8H30 pour prendre le bateau !

 

 

Publié le 19 janvier 2012 dans nouvelle-zélande.

Cet article t'a plu? Partage le avec tes amis! et n'oublie pas de t'abonner à la newsletter ;)










11 Commentaires:

  1. joe:

    La suite, la suite !!
    En tout cas elle est magnifique la fougère qui te sert de parasol !

  2. RS:

    J’imagine que cette fois, t’aurras 2 barres de chocolat et 2 bananes 😀

  3. Schoenacker Alain:

    On n’a pas fini d’être émerveillé, dis question pourquoi ce décalage 5 janvier, on est le 19 janvier copain.

    c’est déjà en ligne chez moi

    à bientôt

    Alain

  4. alain:

    @joe : un peu de patience lol

    @RS : oui, et une pomme, des sandwichs, de quoi faire un barbecue… 😉

    @Alain Schonacker : parce que j’ai pas internet souvent là où je suis et que préparer un article ça prend plus de temps qu’on ne pense !
    C’est impossible pour moi d’être à jour et de faire un reportage au jour le jour car les choses s’enchainent parfois trop vite et j’ai alors du materiel pour faire plusieurs articles d’avances…

  5. C&S:

    Un trop plein de liquide de frein?? Restes en aux plantes carnivores je crois que c’est mieux. J’aime tes hypothèse mécaniques mon bro elles sont drôles….

  6. alain:

    Ca c est bien une reponse de fille lol (ou bien 😉 )

    En fait en racontant cette mesaventure hier j ai realise que le liquide etait a temperature ambiente et quel autre liquide visqueux et quasi translucide autre que du liquide de frein y a t il dans un moteur?
    D autant que si je ne me trompe pas pour lavoir changer il y a deux mois sur ma vielle BMW, le recepteur d embrayage a une sorte de soupape d ou le liquide peut sortir quand on vidange le circuit.
    D ailleur dans la descente vers Queenstown je me souvient avoir du pomper 4 – 5 fois avant de retrouver la duretee de la pedale de frein…Tout ces elements mis bout a bout me font definitivement penser que cetqit du liquide de frein. Si il y a un vrai mecano qu il n hesite pas a nous eclairer 🙂

    PS : pardons pour les accent et la ponctuation mais les clavier NZ ne s y pretent toujours pas…

  7. C&S:

    Tu as du liquide de frein dans ton système d’embrayage?? Décidement ça devient très obscur là… Bon tu pourra ouvrir une page mécanique sur ton blog je ne veux pas polluer ta page.
    Saches juste que le liquide de frein est un liquide très corrosif donc si tu l’a touché tu as du le sentir. Le circuit de frein est un circuit sous pression donc pas vraiment de trop plein. Le glou glou que tu as entendu sont les bulles dans le vase d’expension du liquide de refroidissement vu que t’as du tarter (à 20 km/H) à fond dans une longue montée et vu que le van pèse un éléphant ça chauffe énormément. La même mésaventure nous est arrivée au même endroit (entre wanaka et queenstown) une des plus grosses pentes de NZ. J’espère juste que tu n’as pas mis de liquide de frein dans le circuit de refroidissement ou l’inverse hahaha!
    Va falloir que je te fasse un ptit livret des bases pour ton trip en OZ ou tu va nous griller dans le désert …
    Kiss ya fuck face

  8. alain:

    Mais c’est toi bro 😉 ça taquine ça taquine lol !! Mais t’es si sur de toi ?

    Embrayage et frein, c’est le même liquide et le même réservoir…

    See ya à Brisbane chef mécano

  9. alain:

    liquide frein

  10. nicole:

    Bonjour Alain, vous nous faites vivre votre expédition au jour le jour comme si on y était, c’est super, mais côté frayeur c’est pas mal non plus!
    je sens que grâce à vous, je vais devenir une experte en botanique néozélandaise,
    merci!
    voyez-vous, ou entendez-vous des oiseaux?
    bonne suite!

  11. alain:

    @Nicole : Oui, j’entends pas mal d’oiseaux, j’en vois parfois mais impossible de les reconnaitre ni de les prendre en photos…

Faire un commentaire:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.