Vietnam 2009 : l’île de Phu Quoc et ces plantes carnivores



Lors de mon voyage au Vietnam (novembre-décembre 2009), je me suis arrêté quelques jours sur l’île de Phu Quoc pour rechercher des plantes carnivores.

Cette île, plus proche du Cambodge que du Vietnam (à qui elle appartient), me semblait propice à la découverte de plantes carnivores, et en particulier, de Nepenthes.

C’est ainsi que dès le premier jour, parti à la découverte sur les pistes de Phu Quoc en moto, je m’arrêtai comme à mon habitude dès que le paysage reflétait un biotope qui me semblait propice à la croissance de plantes carnivores

Sur l'île de Phu Quoc

Sur l'île de Phu Quoc : zone sablonneuse et trous d'eau.

Après quelques kilomètres en direction de An thoï (route 46) , un paysage sablonneux, des hautes herbes et des trous d’eau me font espérer une présence de Drosera.

En effet, après quelques pas dans le sable, j’ai la joie de découvrir quelques Drosera burmanii ! Cette première émotion passée, j’explore les alentours…

groupe de drosera burmanii

Groupe de Drosera burmanii

Je me trouve en fait au milieu d’un véritable champ de plantes carnivores : des utriculaires dans les trous d’eau et sur les abords, et des Drosera burmanii et indica qui colonisent toutes les parties sableuses, parfois recouvertes d’une fine couche d’humus.

utriculaire

Utriculaire

drosera indica

Drosera indica

Après une séance photo et la récolte de graines sur quelques spécimens, je retourne sur Duong Dông avant que le soleil ne se couche…

***

Le lendemain, avec Nicolas, un compatriote Français rencontré la veille, nous partons toujours à moto vers le Nord de l’ile. Les premiers kilomètres nous emmènent vers son cœur végétal : une forêt primaire dense, impénétrable, que traverse la piste qui nous emmène à Bäi Thom. Nous nous arrêtons lorsque nous apercevons une trouée faite, vraisemblablement, par des engins mécaniques.

savane-nepenthes

Savane et Nepenthes !

Sur quelques hectares, la jungle fait place à une savane recouverte de Drosera et d’utriculaires, tandis qu’à l’ombre de chaque bosquet s’accrochent de magnifiques pieds de Nepenthes. Quelques pieds poussent sans l’abri du feuillage des arbres, et sont particulièrement jaunis et atteints pas la sécheresse.

et en levant les yeux du sol...un feuillage bien connu de nepenthes!

À l'abri des arbres

Nous sommes à la saison sèche. On peut aisément s’imaginer cet endroit se transformer en gigantesque marais à la saison humide…

nepenthes

Nepenthes smileisii

Nepenthes smilesii a une variabilité étonnante : certaines plantes ont des urnes complètement rouges, d’autres sont au contraire d’un vert tendre, et enfin, certaines sont bigarrées.

nep

Urne supérieure verte

Je récolte quelques graines :

Alain devant un pied femelle de Nepenthes Smilesii

Alain devant un pied femelle de Nepenthes smilesii

Dans la jungle, en revenant sur nos pas, nous trouvons une autre population de Nepenthes. Celles-ci poussent à l’abri des arbres de la jungle et montent jusqu’à leur couronne.

hybride

Nepenthes hybride ?

Après discutions avec François Mey (spécialiste français des Nepenthes d’Indochine), il semblerait que ces plantes, qui colonisent les sous-bois, soient un croisement entre Nepenthes mirabilis et Nepenthes smilesii.

Je reviendrai encore deux fois dans le nord de l’île, avant de partir pour Saigon et retourner en France.

Alain

Merci à Nicolas pour ses photos lorsque mes batteries se sont vidées, et à François pour ses lumières concernant les Nepenthes indochinoises !

Publié le 8 janvier 2011 dans Plantes et voyages, vietnam.

Cet article t'a plu? Partage le avec tes amis! et n'oublie pas de t'abonner à la newsletter ;)










Faire un commentaire:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.